Sarah Joseph

On va pas se mentir - Classée Monument Hystérique

En résidence d'écriture

« Suis-je arrogante de ressentir le bonheur alors que le monde « va si mal » ? Culpabiliser de faire partie des privilégiés, est-ce que cela fait de moi quelqu'un de meilleur ? Si je trouve une dissonance entre ce que je pense et ce que préconise la société, que dois-je faire ? »

 

Nous allons assister à toutes les questions intérieures d’un personnage névrosé par ce XXIe siècle. Un siècle aussi versatile et déroutant qu’un caméléon. Notre protagoniste est une dame à l’excentricité variable - une véritable boule à facette ! - qui navigue plus vite que son ombre entre le 1er et le second degré. Dès son arrivée sur scène, on entend ce qu’on devine être le son d’une télévision. Entre les publicités, l’affligeant divertissement et les nouvelles annonçant toujours le malheur de quelqu’un... Notre dame est désabusée. Elle brise le 4e mur et prend le spectateur à témoin. Elle a besoin de réponses à ses questions - et elle en a beaucoup.

Nous sommes face à un monologue intérieur qui a besoin de retour car il ne se suffit plus.

Croire en l’humanité, c’est déjà parfois compliqué, mais croire en l’avenir de celle-ci l’est encore plus. Heureusement, il n’y a pas besoin d’espoir pour rire de nous-mêmes !